Editorial

Editorial

Nº 10 - abril 2016

Ana Romão, Academia Militar, Departamento de Ciências Sociais. Centro Interdisciplinar de Ciências Sociais (CICS.NOVA), Lisboa, Portugal

Andrea Vargiu, Università degli Studi di Sassari, Département de Sciences Humaines et Sociales. Coordinateur du Laboratorio FOIST per le Politiche Sociali e i Processi Formativi, Sardegna,  Italia

Sylvie Mazzella, Aix Marseille Univ, CNRS, LAMES, Aix-en-Provence, France

Editorial

International migration, defined as voluntary or forced mobility of people from a country to another (and is therefore different from internal migrations), is not a new twenty-first century phenomenon. It is accompanied by an imaginary which is centuries old: either welcome or rejected, strangers are fascinating and scaring at the same time. Just like in the past, foreigners act as mirrors that negatively reflect the affiliation to the Polis. The novelty concerns the nature of migration flows which has changed along with their amplitude (the number of migrants has tripled in forty years and presently makes up to 3% of the world population) and diversity of migrant categories. The paths, the causes as well as the effects of these migrations are multiple and complex: they are due to reasons that are economic, political, educational, climatic, family, ethnic, religious, personal. These flows are made of men, women and children, accompanied or travelling alone, and concern all social and age classes in many countries. They can last a more or less long time and can be stable or of a commuting nature. By taking into account official refugees, asylum seekers, stateless and people displaced within their own country, in 2015, the UNHCR estimated that as much as 53 million people were victims of “forced migrations”. Such a situation favours confusion between the notions of migrant and refugee. Somebody leaving a country to install in another country is a migrant. He/she is mainly defined in sociological terms within an analytical framework which evolves along with quantitative and qualitative changes. Refugees are people who are persecuted in their own country because of their race, their religion, their nationality, their opinion or their belonging to a social group, and who are seeking for the protection of a safe country. They are defined by a juridical status which evolves along with international jurisprudence and the complements to the Geneva agreement that established such a status in 1951.

After being a departing region for emigration for a long time, at the end of the Twentieth Century, Southern Europe has become a receiving area of diverse origin migrations, and presently acknowledges a reversal of certain migration flows. To another scale, the Mediterranean sea, historically a space for the circulation of men and goods, of practices and ideas, area of tensions and encounters at the same time, is at the very heart of new migration issues. In this perspective, the Mediterranean area represents a peculiar and distinctive space of the new configurations of migrations and of the difficulties to analyse them. First of all, it is a space where within a single population, on the same boat and sometimes within a single person, the migrant and the refugee coexist. The Mediterranean sea is today crossed by a population fleeing war which in 2015 represented one third of the whole world refugees. Four thousands among these people died in the sea that same year. Hesitant responses to this tragedy seem inoperative. Migration policies within the Euro-Mediterranean area clearly lack coherence and efficacy: lack of coherence at Community level, between European laws and policies on one side, and policies and practices of member States as to their relations with the southern Mediterranean States on the other side; lack of coherence between the objectives of European policies and the changes affecting southern Mediterranean countries. Moreover, another issue concerns a deficit in law provisions, notwithstanding a juridical proliferation at European level, as well as at the level of member States and of southern Mediterranean countries.

The burden over countries that are at Europe’s frontiers (especially Italy and Greece) is at the heart of a quotas policy, correctly defined “relocalisation plan”, arising from a late and pusillanimous solidarity. This policy is characterised by a miserable reception, border control and creation of hot spots (places for reception, control, identification and registration of people arriving in Italy, Greece and Hungary), as well as at the margins (Maghreb, Tunisia), and seems to have been conceived with the hope of a natural depletion of migrations which will not take place in the short period. The logic of suspicion that replaces juridical order – the refugee is a potential migrant – results into a distancing of people in need of protection: by means of control mechanisms in the so called “welcoming” country as well as in the country of origin; by means of a strongly selective examination of the refugee status. This logic is favoured by the present context of fight against terrorism and raising xenophobia which reduce the compassionate impetus which the rapprochement of worlds could engender.

Besides this, the difficulties of the welfare state and the effects of the 2008 economic and financial crisis draw conditions that favour new intra-European migratory trends, notably from the south towards the centre and north of Europe. The essay by Candeias and Peixoto elucidates the configuration of these flows for the Portuguese context. By means of a research run in 2014/15 based upon questionnaires and structured interviews to migrants in their country of destination, the drivers for departure, the modes of integration, as well as the transnational connections and projects for the future are dealt with. In a context of free circulation, these new migrants, who are rather young and qualified, try to fulfil their aspirations where the economic and social conditions seem more encouraging. Unlike migrants of some time ago and of those who leave Europe, the new intra-European migrants are very divided vis-à-vis their return to Portugal. The consequences of these flows raise two issues that deserve a specific reflection: on one side the imbalances that these mobilities make deeper between central and peripheral regions of Europe; on the other side, the potential for new forms of citizenship which relays upon the double belonging to departure and arrival countries.

A certain number of issues arises if one approaches citizenship from the point of view of migrations. Laura Bergnach and Marco Orioles combine data originated by different studies in the Friuli Venezia Giulia region in order to account for the originality of experiences of “living together” in this cross-border area historically open to linguistic, ethnic and religious diversity. By referring to such a legacy, to integration policies and institutional dialogue, authors debate about the dilemmas arising from the need to deal with foreign minors’ citizenship. The contribution of this essay notably feeds onto the debate on the possibility of combining social ties, the sense of civic obligations with the right to be different.

Taking sociological analysis beyond the national dimension can show useful to the understanding of the belonging ties. Studying migrants’ ties with their society of origin and/or other countries and cities, leads to a deeper questioning of their belongings: their binational belonging “here and there”, their multiple belonging “here, there and elsewhere…”, or non-belonging “not here, nor there”.

That implies the questioning about the conditions for accessing different rights (asylum, health, work, education, housing) and about the reception and living conditions of migrant populations in European countries as well as in southern Mediterranean countries, whereas the latter are more and more conceived as “first asylum countries”. On the basis of unpublished studies, the contributors to this dossier underline the persisting inequalities in accessing protection among asylum seekers, within national systems of social protection that vary significantly and which show more or less egalitarian whether in place in northern or southern Mediterranean States. Accordingly, on the basis of a comparative qualitative investigation between the Italian and Lebanese health systems, the essay by Lia Lombardi and Mara Tognetti Bordogna underlines the persisting (national, social and gender) inequalities which exist among migrant men and women as to health treatments and access to care for and prevention of cancer and sexually transmitted diseases.

Other minorities among asylum seekers such as homosexuals, bisexuals and transgender are discriminated. On the basis of a study run in Italy, the essay by Giuseppe Masullo shows that stigmatization of these communities because of their sexual orientation is partly connected to a European conception based upon a western model of gay lifestyle that social workers and volunteers have vis-à-vis migrants who cannot always work out a definition of their own situation in line with a stereotyped vision of homosexuality.

Questioning citizenship from the migration point of view also opens to the possibility of considering the reach of State action beyond its own geographic borders, in a context where migration flows become a security issue as well as a demographic and economic one, and where the way borders control is managed profoundly changed since the end of the nineties against a backdrop of growing racism and xenophobia within hosting societies and cities. Folco Cimagalli’s essay illustrates such a dynamics in action in the city of Rome. The study shows that, whereas at national level Italy has put much effort upon the issues of urgency in receiving and giving a first aid to migrant people in danger, at city level a great deficit is to be acknowledged as to public policies oriented at integrating people and at putting to work sustainable action devices for social and economic integration of migrants in hosting communities.

The dossier on “Migration and citizenship in Southern Europe” is closed by a presentation of ongoing research works. M. Cristina Romero Rodriguez studies the case of qualified immigrants (specialized physicians) in Spain. The interviews with physicians coming from Latin America account for cosmopolite lifestyles as well as for different ways of coping with a double presence between Latin America and Spain, with nuances with regard to what concerns the configuration of belonging ties, as well as the identifications and the breakdowns between those two territories.

The last contributions published here deal with tangible experiences and testify for the tension which animates sociological research in closely working side by side with what happens in the field, especially at the practices level, both as to lived experiences and realization of projects. Lia Lombardi’s essay focuses on the immigrants well-being and health in Lombardy. It connects the issue of lifestyle changes that affect the migration experience to the structure of inequalities.

Angela Mongelli and colleagues illustrate the most important features of the CAP (Permanent Learning Center) experience which has been promoted by the University of Bari, Italy, in order to deal with the important issue of the orientation of immigrants that goes along with the recognition of their formal and informal skills and competences.

Finally, Letizia Materassi and Monika Zoulova describe an Italian experience in gathering data and narratives to support an intercultural animation project based on food.

Nº 10 – Avril 2016

Éditorial

Le phénomène migratoire international, défini par la mobilité volontaire ou forcée de populations d’un pays à un autre (à la différence de la migration interne), n’est pas nouveau en soi et ne date pas du XXIe siècle. Il s’accompagne d’un imaginaire qui perdure à travers les siècles : entre accueil et rejet, l’étranger n’a cessé de fasciner en même temps qu’il inspire la peur. Hier comme aujourd’hui, il permet de définir en miroir la non appartenance à la Polis. La nouveauté se situe dans la nature des flux migratoires qui a changé aussi bien par son ampleur (Le nombre de migrants dans le monde a triplé en quarante ans atteignant 3 % de la population mondiale) que par la diversité même des catégories de migrants. Les trajectoires, les motifs et les effets de ces migrations sont complexes et multiples : ils sont d’ordre économique, politique, éducationnel, climatique, familial, ethnique, religieux, personnel. Ces flux sont constitués d’hommes, de femmes et d’enfants, seuls ou accompagnés, et touchent toutes les classes sociales et d’âge dans de nombreux pays. Ils peuvent être de plus ou moins longue durée, pendulaire ou non. En 2015, l’UNHCR comptabilise 53 millions de personnes victimes de « migrations forcées », regroupant les réfugiés officiels, les demandeurs d’asile, les apatrides et les déplacés dans leur propre pays. Cette situation est prétexte à brouiller les notions, essentiellement entre celle de migrant et celle de réfugié. Le migrant est une personne qui quitte un pays pour s’installer dans un autre. Il se définit principalement en termes sociologiques dont l’analyse évolue en fonction du contexte et des évolutions quantitatives et qualitatives. Le réfugié est une personne persécutée dans son pays pour sa race, sa religion, sa nationalité, ses opinions ou son appartenance à un groupe social et cherchant la protection d’un pays sûr. C’est un statut juridique évoluant en fonction de la jurisprudence internationale et des compléments aux accords de Genève de 1951 l’ayant créé.

Longtemps terre d’émigration, l’Europe du Sud est devenue réceptrice de migrations d’origines diverses à la fin du XXe siècle, et connait à présent un renversement de certains flux migratoires. A une autre échelle, la Méditerranée, espace historique de circulations d’hommes et de marchandises, de pratiques et d’idées, lieu tout à la fois de rencontres et de tensions, se trouve au centre de nouveaux enjeux migratoires. Dans ce contexte, la Méditerranée représente un espace singulier et caractéristique des nouvelles configurations migratoires et de la difficulté à les analyser. C’est d’abord un espace où se mêlent, pour une même population, sur un même bateau, quelquefois, en une même personne, le migrant et le réfugié. Elle est traversée aujourd’hui par une population persécutée par la guerre qui représente en 2015 le tiers des réfugiés dans le monde. 4000 d’entre eux sont morts en mer cette même année. Les réponses hésitantes à cette tragédie semblent inopérantes. le premier constat est celui d’un manque de cohérence et d’efficacité des politiques migratoires dans l’espace euro-méditerranéen : manque de cohérence à l’échelle communautaire, entre le droit et les politiques européennes d’une part, et les politiques et pratiques des Etats membres dans leurs relations avec les Etats du Sud de la Méditerranée d’autre part ; manque de cohérence entre les objectifs des politiques européennes et les évolutions que connaissent les pays du Sud de la Méditerranée. Le second constat est celui d’un déficit du droit, en dépit même d’une prolifération juridique à l’échelle européenne, à l’échelle des Etats membres et à l’échelle des pays du Sud de la Méditerranée.

Le poids qui pèse sur les pays frontières de l’Europe (surtout l’Italie et la Grèce) fait l’objet d’une politique de quotas, justement rebaptisé « plan de relocalisations », qui relève d’une solidarité tardive et pusillanime. Avec un accueil misérable, le contrôle aux frontières et la création de hot spots (lieux d’accueil, de contrôle, d’identification et d’enregistrement des arrivants en Italie, Grèce et Hongrie), et aux marges (Maghreb, Turquie…), elle semble attendre un tarissement naturel des migrations qui ne viendra pas de sitôt. La logique du soupçon qui inverse l’ordre juridique – le réfugié est un migrant en puissance – débouche sur une mise à distance des personnes en besoin de protection : par les dispositifs de contrôle de l’immigration dans le pays dit « d’accueil » et dans le pays d’origine ; par un examen très sélectif du statut de réfugiés. Cette logique est favorisée par le contexte actuel de lutte contre le terrorisme qui réduit les élans de compassion que le rapprochement de mondes pourrait engendrer et par une montée de la xénophobie.

La crise de l’État social et les effets de la crise économique et financière de 2008 dessinent en outre des conditions favorables à de nouvelles tendances migratoires intra-européennes, spécialement du Sud vers le Centre et le Nord Européens. L’article de Candeias et Peixoto élucide la configuration de ces flux pour le contexte portugais. À partir d’une enquête par questionnaire conduite entre 2014/2015 et d’interviews dirigées aux migrants dans les pays de destin se révèlent les motivations au départ, les modalités d’insertion, ainsi que les liaisons transnationales et les projets pour l’avenir. Ces nouveaux migrants, plutôt jeunes et qualifiés, dans de conditions de libre circulation, cherchent à accomplir leurs aspirations là où les conditions économiques et sociales sont plus encourageantes. Au contraire des migrants d’autre fois et de ceux qui migrent à l’extérieur de l’Europe, les nouveaux migrants intra-européens se trouvent très partagés vis-à-vis du retour au Portugal. Les conséquences de ces flux ramènent à deux problématiques qui méritent réflexion : d’un coté les déséquilibres que ces mobilités approfondissent entre régions centrales et périphériques de l’Europe. De l’autre coté, les potentialités ouvertes à des nouvelles formes de citoyenneté reposent sur la double appartenance aux pays de départ et de d’accueil.

Interroger la question de la citoyenneté à partir des migrations comme le propose ce dossier soulève en effet un certain nombre de questionnements. Laura Bergnach et Marco Orioles combinent ici des données de recherche provenant de différentes études sur la région Friuli Venezia Giulia, pour rendre compte de l’originalité des expériences du « vivre ensemble » dans cet espace transfrontalier historiquement ouvert à la diversité linguistique, ethnique et religieuse. C’est en tenant compte de cet héritage, des politiques d’intégration et du dialogue institutionnel que les auteurs débattent les dilemmes d’envisager des réponses aux problèmes de citoyenneté des minorités étrangers. L’apport de l’article est particulièrement évocateur au sujet du débat sur la possibilité de combiner les liens sociaux, le sens du devoir civique et le droit d’être différent.

Porter le regard sociologique au-delà de l’espace national s’avère utile à la compréhension des liens d’appartenance. Etudier l’immigré en lien avec sa société d’origine, ou d’autres pays et villes, permet de mieux questionner les liens d’appartenance et leur appartenance binationale « ici et là-bas », multi-appartenances « ici, là, là-bas et ailleurs …», ou de non appartenance « ni d’ici ni de là-bas ».

Cela suppose de s’interroger sur les conditions d’accès aux différents droits (asile, santé, emploi, éducation, logement) et sur les conditions d’accueil et de vie des populations migrantes dans les pays de l’UE et du Sud de la Méditerranée, ces derniers pays étant de plus en en plus engagés en tant que « premiers pays d’asile ». A partir d’études inédites, les contributeurs du dossier soulignent des inégalités persistantes dans l’accès à la protection par les demandeurs d’asile, dans le cadre de systèmes nationaux de protection sociale très différents et plus ou moins égalitaires suivant les Etats du Nord et du Sud de la Méditerranée. L’article de Lia Lombardi et Mara Tognetti Bordogna souligne ainsi, à partir d’une enquête qualitative et comparative entre les systèmes de santé italien et libanais, les inégalités (nationales, sociales et genrées) persistantes dans le traitement et dans l’accès au soin et à la prévention de cancers et de maladies sexuellement transmissibles de migrants hommes/femmes. D’autres minorités parmi les demandeurs d’asile sont discriminées comme celle de la communauté homosexuelle, bisexuelle ou transgenre. L’article de Guiseppe Masullo montre, à partir d’une étude menée en Italie, que la stigmatisation de cette communauté pour son orientation sexuelle est en partie liée à une conception européo centrée du modèle gaylifestyle occidental, par les travailleurs sociaux et bénévoles eux-mêmes accompagnant ces demandeurs d’asile qui ne parviennent pas toujours à donner une description de leur situation conforme à une vision stéréotypée de l’homosexualité.

Interroger la question de la citoyenneté à partir des migrations permet aussi de considérer l’étendue de l’action étatique au-delà de ses frontières géographiques, dans un contexte où les flux migratoires constituent un enjeu sécuritaire autant que démographique et économique et où les modalités d’action du contrôle des frontières se sont profondément transformées depuis la fin des années 1990 sur fond de montée du racisme et de la xénophobie dans les sociétés et villes d’accueil. L’article de Folco Cimagelli le montre à propos de la ville de Rome. L’étude montre que si à l’échelle nationale, l’Italie a concentré ses efforts dans la gestion de l’urgence de l’accueil et d’une première assistance aux personnes migrantes en danger, à l’échelle des villes, le constat est celui d’un grand déficit de politiques publiques en matière de politique d’intégration et d’application de dispositifs d’action durables pour une inclusion sociale et économique réussie des migrants dans ces villes d’accueil.

Le dossier « Migrations et citoyenneté en Europe du Sud » se termine par une présentation d’expériences de recherche en cours. M. Cristina Romero Rodríguez, étudie le cas des immigrants qualifiés (médecins spécialistes) en Espagne. Les entretiens menés avec les médecins originaires de l’Amérique Latine révèlent des modes de vie cosmopolites, des différentes façons de vivre un double présence, entre l’Amérique latine et l’Espagne, avec des nuances en ce que concernent la configuration des liens d’appartenance, les identifications et les ruptures entre les deux territoires.

Les derniers contributions concernent des expériences concrètes et témoignent de la tension de la recherche sociologique de suivre de très près ce qui se passe sur le terrain surtout à niveau de pratiques, de vécu ainsi que de réalisation de projets. L’article de Lia Lombardi porte sur le bien être et l’état de santé des immigrés en Lombardie et lie la question des changements des styles de vie qui affectent l’expérience migratoire au système des inégalités.

Angela Mongelli est ses collègues nous proposent les traits le plus importants de l’expérience du CAP (Centre d’Apprentissage Permanent) promu par l’Université de Bari, en Italie, afin de composer avec l’importante question de l’orientation des immigrés ainsi que de la reconnaissance de leurs compétences formelles et informelles.

Finalement, Letizia Materassi et Monika Zoulova décrivent une expérience italienne de recolte de données et de narrations au support d’un projet d’animation interculturel basé sur l’alimentation.

Autores: Ana Romão, Andrea Vargiu, Sylvie Mazzella

Download
2017-09-22T09:50:39+00:00